Chapelle Notre-Dame du Chêne

  • Chapelle Notre-Dame du Chêne

    Commentaire L’histoire de cette chapelle commence en 1444. Adam Zorn, seigneur de Plobsheim, se trouvait en difficulté alors qu’il combattait les Armagnacs. Il promit alors de construire une chapelle à Marie. Revenu sain et sauf, il oublia sa promesse. La légende veut qu'en chassant dans une forêt de chênes, probablement un ancien lieu de culte druidique, il suive une colombe qui le conduisit auprès d'une statue de la Vierge, lui remémorant sa promesse. Il fit donc construire à cet endroit, en 1454, une chapelle. La statue fut placée là, sur un autel sculpté dans le bois d’un chêne – ce qu’évoque d’ailleurs le nom de la chapelle. Le choeur de l'édifice est un ajout de la fin du XVe siècle, période à partir de laquelle la corporation des boulangers fit de la chapelle un lieu de pèlerinage et de processions (les Zorn étaient en effet les puissants protecteurs de la corporation). La chapelle connut bien des péripéties : fermée à la suite de la Réforme pendant plus de 100 ans, elle subit à la Révolution pillages et destructions. Vendue à plusieurs reprises, elle tomba aux mains de créanciers. Elle fut finalement rachetée par la paroisse de Plobsheim en 1866, avec l'aide du baron Félix de Dartein. Après la réalisation au XIXe siècle du canal du Rhône au Rhin, les enfants de bateliers y furent baptisés. Au cours du XVIIe siècle, une nouvelle statue remplaça la première, sculptée dans le bois du chêne d'origine. Au cours de la période révolutionnaire, elle fut cachée et échappa au vandalisme. Elle fut, depuis, placée dans un tabernacle gothique tardif du XIXe siècle, où un tronc évidé et des branches de chêne évoquent la niche primitive de la statue, désormais remplacée par une copie. La chapelle, aujourd'hui dans les champs, est remarquable par son choeur polygonal à double croisées d'ogives et par la maisonnette à colombages qui lui est accolée, ancienne résidence d'un ermite. Deux peintures datant de la fin du XVe siècle ornent la nef, représentant une Vierge glorieuse, au plafond, et une Vierge du secours, au-dessus de la porte latérale. Les vitraux dans le goût Renaissance datent de 1946 et sont dus aux frères Ott de Strasbourg : ils racontent l'histoire d'Adam Zorn. Inscrite au titre des monuments historiques, la chapelle est l’un des plus anciens lieux de pèlerinage marial d’Alsace. Avec cette légende qui l’auréole, sa riche histoire et le cadre bucolique dans lequel il s’inscrit, l’endroit ne manque pas de charme. On accède aisément à la chapelle par la piste cyclable longeant le canal du Rhône au Rhin : un prétexte tout trouvé pour une jolie balade à vélo !

    A retrouver dans la galerie

Plobsheim
Visiter le site