5 curiosités à voir autour de la Cathédrale de Strasbourg

Strasbourg regorge de détails insolites et surprenants. Rien qu’autour de la cathédrale, 5 curiosités vous attendent !

1. Le Buchmesser

Située à l’angle de l’ancienne pharmacie du Cerf, au bout de la rue Mercière, une colonne en grès soutient l’angle de la façade. Vous observerez peut-être des personnes qui s’amusent à passer entre le mur et la colonne. C’est tout simplement parce que la légende raconte que les bourgeois de la ville devaient se glisser entre les 35 cm séparant le mur du pilier pour estimer leur embonpoint, ce qui lui a donné ce surnom de « mesureur de bedaine ».

2. La cathédrale coiffée

L’enseigne des Antiquités Bastian, représentant une cathédrale coiffée d’un bonnet phrygien, rappelle un épisode insolite de l’histoire de Strasbourg. A l’époque de la Révolution française, la flèche unique de la cathédrale et sa hauteur ont été considérées comme « attentatoire au principe d’égalité qui fondait la République » par les révolutionnaires parisiens. A ce titre, ils menaçaient de la détruire. Jean-Michel Sultzer, ferronnier qui habitait là, fabriqua un bonnet phrygien en tôle d’une dizaine de mètres de haut qui fut installé sur la flèche et qui la sauva de la démolition.

3. Le Caveau pour le futur

Sur la place du Château, en quittant la cathédrale des yeux et en vous intéressant à ce qui se trouve au sol, vous verrez un monument de « l’archéologie du futur ». L’artiste Raymond Waydelich a pensé aux archéologues de demain avec son Caveau pour le futur. Mis en place en 1995, on ne pourra l’ouvrir que le 23 septembre 3790… Ce bunker en béton, surmonté d’une plaque en bronze, contient des courriers de Strasbourgeois et de touristes, des bières, des bretzels, du vin, un ordinateur, de la documentation médicale, des livres Saints, un ballon du Racing Club de Strasbourg et même des plats gastronomiques sous vide…

4. L’obus de la cathédrale

En observant attentivement la façade de l’Hôtel Cathédrale, on distingue une pièce métallique encastrée dans le mur. Vous ne rêvez pas, il s’agit bien d’un obus. Lors de la guerre de 1870, Strasbourg a subi d’intenses bombardements. Des milliers d’obus ont été lancés sur la capitale alsacienne, dont certains n’ont pas explosé. Lors de la reconstruction de la ville, durement touchée, des Strasbourgeois les ont encastrés dans les façades en souvenir. Une dizaine d’obus sont à voir sur les façades de la vile, celui de la place de la Cathédrale étant le plus connu.

5. Le jardinet gothique

Un petit écrin de verdure insolite se cache à deux pas de la cathédrale. Ce jardinet conçu en 1937 a pour objectif de perpétuer la tradition des jardins médiévaux alsaciens. Comme une oasis en plein cœur du centre-ville, il présente une collection de plantes anciennes sous forme de 9 carrés (plantes médicinales, ménagères et épicères). On peut l’apercevoir depuis le passage Hans Haug, qui relie la place du Château à la rue du Maroquin ou on peut choisir de s’y reposer quelques instants lors de la visite du musée de l’Œuvre Notre-Dame.

A lire aussi

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp
Pinterest